Archives de la catégorie: Insultes

1774: Faire face à un débiteur difficile, à la 18th century

En septembre 1774, un artiste d'Annapolis, Charles Peale, tenta de régler un problème avec un débiteur impayé par le biais de la presse locale. L'échange suivant est paru dans le Maryland Gazette:

6 septembre
«Si un certain EV ne paie pas immédiatement sa photo de famille, son nom sera publié en entier dans le prochain article. Charles Peale. »

8 septembre
"M. Elie Valette, paye-moi pour avoir peint ton tableau de famille. Charles Peale.

15 septembre
"M. Charles Wilson Peale, alias Charles Peale… Oui, vous serez payé ; mais pas avant d'avoir appris à être moins insolent. Élie Valette.

Il n'y a pas eu d'autres échanges entre M. Peale et M. Valette, donc l'affaire a probablement été réglée.

Source : The Maryland Gazette, 6, 8 et 15 septembre 1774. Le contenu de cette page est © Alpha History 2019-23. Le contenu ne peut être republié sans notre autorisation expresse. Pour plus d'informations, veuillez consulter notre Conditions d’utilisation or contacter Alpha Histoire.

1800 : « Dirty Dutchman » porté disparu ; sa femme ne veut pas qu'il revienne

En 1800, une Mme Polly Lutgert de New York écrivit à plusieurs journaux de la côte est, les informant que son mari John l'avait quittée «vers le premier juin». Selon la lettre de Mme Lutgert, son mari était:

« ..un sale Hollandais, mesurant entre cinq et six pieds de haut, a un visage rond, un nez retroussé, une bouche et des dents grandes, les yeux louches et marqué de la variole. En plus de cela, il a de longues petites jambes, des genoux cagneux, un dos bossu, un chat martelé et un imbécile.

Mme Lutgert a ajouté:

« Je demande en outre que personne n’use de la moindre influence en son pouvoir pour me le rendre à nouveau… »

Et qu'elle accorde à son mari séparé:

« ..entrée et régression libres et interrompues dans n’importe quelle partie du monde, à l’exception de mon lit. »

La source: Virginia Argus, 31 octobre 1800. Le contenu de cette page est © Alpha History 2019-23. Le contenu ne peut être republié sans notre autorisation expresse. Pour plus d'informations, veuillez consulter notre Conditions d’utilisation or contacter Alpha Histoire.

1866: Un clergyman blâme les Français pour la masturbation en Angleterre

Edward Bouverie Pusey (1800-1882) était un théologien anglican et professeur à Oxford, connu pour son austérité et son conservatisme social. Au milieu de 1866, Pusey lança une campagne de rédaction de lettres, écrivant des missives à plusieurs journaux et revues anglais pour mettre en garde contre le danger mortel de la masturbation chez les adolescentes. À peine 50 ans auparavant, affirmait Pusey, le « péché méprisable » était à peine connu en Angleterre et était :

« ..inconnu dans la plupart de nos écoles publiques. Aujourd’hui, hélas, c’est l’épreuve la plus pénible pour nos garçons ; cela sape les constitutions et porte atteinte à la finesse de l’intellect de beaucoup.

Pusey a offert une cause à cette augmentation alarmante de la masturbation - la restauration des relations diplomatiques, du commerce et des voyages avec la France depuis les guerres napoléoniennes. Pusey a suggéré que l'auto-pollution avait traversé la Manche à partir des écoles, des casernes et des immeubles de France, où:

« ..cela a été pratiqué pendant des siècles avec une ouverture méprisable, souvent en groupe. »

Source: Dr EB Pusey, lettres à The Times et les terres parsemées de Medical Times et Gazette, juin 1866. Le contenu de cette page est © Alpha History 2019-23. Le contenu ne peut être republié sans notre autorisation expresse. Pour plus d'informations, veuillez consulter notre Conditions d’utilisation or contacter Alpha Histoire.

1688: Le maire de Portsmouth maltraité par des insultes

En 1688, les échevins de Portsmouth apprirent que le maire de la ville, M. Robert Hancock, avait été soumis à un torrent d'abus devant son domicile. L'auteur présumé était un certain William Hale, un serviteur de M. William Terrell.

Hale et un complice se sont présentés au domicile de Hancock tard dans la soirée, retirant les planches de la façade et faisant un grand chahut. Hancock est apparu dans la rue et a défié les intrus. Un témoin a rapporté que Hale avait infligé au vieux maire un torrent d'injures effrayantes. Ce faisant, il a également refusé de retirer sa casquette, affirmant que :

"..il retirerait son chapeau à une crotte plutôt qu'à M. Hancock."

Il n’existe aucune trace de sanction ou de sanction infligée à William Hale.

Source : Conseil municipal de Portsmouth, dossiers des sessions d'arrondissement, 1688. Le contenu de cette page est © Alpha History 2019-23. Le contenu ne peut être republié sans notre autorisation expresse. Pour plus d'informations, veuillez consulter notre Conditions d’utilisation or contacter Alpha Histoire.

1813: John Sprigg manquant; il a la bouche large et les dents en zigzag

Un avis d'un journal new-yorkais en mai, 1813, rapporte la disparition d'un homme local:

« S'est enfui vendredi dernier de sa femme et de sa famille sans défense, John Sprigg, de métier tailleur, âgé de trente-cinq ans. Il a une bouche large, des dents en zigzag, un nez bleu brique brûlé, avec un pont haut, des yeux pivotants et une cicatrice pas honorable sur la joue gauche… Il portait quand il partait un chapeau à trois cornes qui il est probablement depuis devenu un modèle rond, avec un pelage bleu, plutôt décoloré. Il a été vu à Benning samedi dernier, déguisé en chemise propre… »

Il énumère ensuite les habitudes personnelles de John Sprigg, dont aucune n'était favorable:

«Il prépare et charge [prend du tabac à priser et fume du tabac]; il est si loquace [bavard] qu'il fatigue tout le monde en compagnie sauf lui-même. Afin de piéger le pécheur et le saint, il porte un paquet de cartes dans une poche et la pratique de la piété dans l'autre; c'est un grand menteur et il peut vernir un mensonge avec beaucoup d'art… On suppose qu'il n'est pas parti sans compagnon, car il est un grand favori du beau sexe.

Source: le Registre de New York, 5 mai 1813. Le contenu de cette page est © Alpha History 2019-23. Le contenu ne peut être republié sans notre autorisation expresse. Pour plus d'informations, veuillez consulter notre Conditions d’utilisation or contacter Alpha Histoire.

1623 : « Whip Her Ass Dick » perd son procès en diffamation

En mars 1622, Richard Turner, un gentleman et conseiller municipal de Thaxted dans l'Essex, fut vu en train de battre sa fille adolescente Anne. Selon Turner, « elle avait donné une juste cause de chagrin et d'offense » et il lui apportait « une telle correction… de manière à réformer certaines erreurs en elle ».

La nouvelle de cet événement parvint bientôt aux classes populaires de Thaxted. Turner, qui était impopulaire au départ, est devenu connu sous le nom de « Whip Her Ass Dick ». Ce surnom désobligeant serait apparemment dérivé d’une chanson paillarde :

«Dépêche-toi de rentrer Anne
Dépêche-toi Anne
Fouetter son cul Dick
Fouetter son cul Dick

Tous ceux qui aiment les puddings
Viens à la rue Parke
Et apprendre la chanson
De fouetter son cul Dick.

Il y avait d'autres versets, dont un qui comparait Turner à un homme d'Essex pendu pour le meurtre de son enfant. Selon le témoignage d'un témoin, les paroles de « Whip Her Ass Dick » :

« ..devenu public, commun et notoire aux yeux, aux oreilles et dans la langue de Thaxted. [Il avait été] rapporté et chanté, publié et divulgué… dans diverses auberges, brasseries et autres lieux de ladite ville de Thaxted et du comté d'Essex. [Il avait été] enseigné et demandé aux jeunes enfants de chanter la même chose, de le tromper et de le provoquer.

Confronté à la perte de sa réputation, Turner a poursuivi plusieurs personnes pour diffamation. L'affaire fut entendue en 1623 mais le plaignant n'obtint pas gain de cause.

Selon des preuves anecdotiques, « Whip Her Ass Dick » était populaire auprès des locaux pendant plusieurs années. Turner, humilié, est devenu solitaire et a souffert financièrement après avoir négligé ses entreprises.

Source : Divers, dont London Public Record Office, 8/307/9 (1623). Le contenu de cette page est © Alpha History 2019-23. Le contenu ne peut être republié sans notre autorisation expresse. Pour plus d'informations, veuillez consulter notre Conditions d’utilisation or contacter Alpha Histoire.

1690: Un étudiant d'Oxford intente une action en justice pour délit de sculpture de poulet

En 1690, le tribunal du chancelier de l'Université d'Oxford a entendu un litige en diffamation entre deux étudiants de l'Exeter College : John Colmer et John Crabbe. Selon le plaignant Colmer et ses témoins, Crabbe racontait depuis plusieurs semaines des histoires malveillantes et malhonnêtes à propos de Colmer. Colmer a produit des témoins pour étayer ses affirmations, notamment l'érudit respecté et futur évêque de Peterborough, White Kennett.

Selon leur témoignage, la plupart des « histoires calomnieuses » de Crabbe parlaient de la prétendue promiscuité et du « désir brutal » de Colmer. Une histoire répandue par Crabbe était que Colmer avait été présent à :

"..un souper avec le comte de Warwick [où] il a représenté à Sa Seigneurie les parties obscènes d'une femme, en découpant une telle figure dans la chair d'une volaille rôtie."

Crabbe a également produit des témoins pour sa défense, bien que la plupart aient été dénoncés comme des prostituées sans abri. Sans surprise, la cour du chancelier a tranché en faveur de Colmer.

Source: archives de l'Université d'Oxford, papiers de la Chancellor's Court, folio 56, 1690.

1640: Dick Head condamné à une amende pour avoir abusé d'un gentleman

À la fin de 1640, les magistrats du Kent entendirent une accusation de diffamation déposée par M. William Culpepper, un « gentleman de bonne qualité et d'une ancienne famille ». Selon Culpepper, il avait été abordé par Richard Head, qui l'avait agressé avec :

"..divers discours inconvenants et obscènes, le traitant de voyou et de coquin et lui demandant de lui baiser le cul, avec d'autres termes impertinents et inconvenants."

Les magistrats se sont prononcés en faveur de Culpepper. Richard Head a été condamné à une amende et a reçu l'ordre de s'excuser.

Source : Centre d'études du Kentish, Q/SO W1, folio 120. Le contenu de cette page est © Alpha History 2019-23. Le contenu ne peut être republié sans notre autorisation expresse. Pour plus d'informations, veuillez consulter notre Conditions d’utilisation or contacter Alpha Histoire.

1608: Des femmes de Newcastle se bagarrent autour d'un bon pain blanc

Les archives de Durham contiennent des témoignages d'une confrontation entre deux femmes de Newcastle en 1608. Elizabeth Waister et Alice Fetherstone étaient toutes deux mariées, toutes deux originaires de Ryton et par conséquent connues l'une de l'autre. Alors qu'elle se tenait devant un stand de pain au marché de Newcastle, Alice a accusé Elizabeth d'avoir sauté la file d'attente et d'avoir acheté le dernier « bon pain blanc ».

Cette accusation a déclenché un torrent d'invectives, qui comprenait l'affirmation d'Elizabeth selon laquelle Alice était :

"..une salope qui a chié dans sa marmite."

Alice a riposté avec une barbe encore plus toxique, faisant référence à un enfant mort-né que Elizabeth avait accouché des années auparavant:

«Tu es une pute empoisonnée et blasée… Dieu t'a envoyé un exemple [de ta prostitution] et peut-être qu'il pourrait en envoyer un autre.

Elizabeth a ensuite poursuivi Alice pour diffamation, mais l'issue de cette affaire n'a pas été enregistrée.

Source : Témoignage d'Alice Fetherstone et autres, Durham County Record Office, vol. 3, 1608. Le contenu de cette page est © Alpha History 2019-23. Le contenu ne peut être republié sans notre autorisation expresse. Pour plus d'informations, veuillez consulter notre Conditions d’utilisation or contacter Alpha Histoire.

1644: Un batelier italien se met en colère, mord un doigt à l'os

En visitant la ville italienne de Gênes, le chroniqueur anglais John Evelyn observe une dispute sauvage entre deux hommes d'affaires locaux. Après qu'Evelyn eut hélé un bateau pour traverser le port, un autre batelier «a interposé son bateau devant lui et nous a accueillis». C'en était apparemment trop pour le premier batelier, qui avec «une passion soudaine et diabolique» menaçait le second:

«Les larmes jaillissant de ses yeux, il a mis son doigt dans sa bouche et l'a presque mordu par le joint, le montrant à son antagoniste comme une assurance pour lui d'une vengeance sanglante, s'il revenait jamais près de cette partie du port . »

Evelyn affirme que de tels actes sont monnaie courante à Gênes, une «belle ville plus souillée d'actes de vengeance et de meurtres horribles que n'importe quel endroit en Europe, peut-être dans le monde».

Source : Journal de John Evelyn, 17 octobre 1644. Le contenu de cette page est © Alpha History 2019-23. Le contenu ne peut être republié sans notre autorisation expresse. Pour plus d'informations, veuillez consulter notre Conditions d’utilisation or contacter Alpha Histoire.