Les alliances en tant que cause de la première guerre mondiale

alliances première guerre mondiale
Une représentation de la Triple Alliance, avec l'Italie comme partenaire junior

Les alliances sont probablement la cause la plus connue de la Première Guerre mondiale. Une alliance est un accord politique, militaire ou économique formel entre deux ou plusieurs nations. Les alliances militaires contiennent généralement la promesse qu’en cas de guerre ou d’agression, une nation signataire soutiendra les autres. Les modalités de ce soutien sont décrites dans le document de l'alliance. Cela peut aller du soutien financier ou logistique, comme la fourniture de matériaux ou d’armes, à la mobilisation militaire et à une déclaration de guerre. Les alliances peuvent également contenir des éléments économiques, tels que des accords commerciaux, des investissements ou des prêts. Au cours du XIXe et du début du XXe siècle, les nations européennes ont régulièrement formé, annulé et restructuré des alliances. En 19, les grandes puissances européennes s’étaient regroupées en deux blocs d’alliance. L’existence de ces deux blocs opposés signifiait qu’une guerre entre deux nations pouvait signifier une guerre entre elles toutes.

Les alliances ne constituent pas un phénomène nouveau dans l’histoire européenne. Pendant des siècles, l’Europe a été un creuset de rivalités ethniques et territoriales, d’intrigues politiques et de paranoïa. La France et l’Angleterre étaient d’anciens antagonistes dont la rivalité a éclaté à plusieurs reprises en guerre ouverte entre le XIVe et le début du XIXe siècle. Les relations entre Français et Allemands étaient également difficiles, tandis que la France et la Russie avaient également leurs différends. Les alliances ont fourni aux États européens une certaine protection ; ils ont servi de moyen de dissuasion pour les grands États qui pourraient faire la guerre aux plus petits. Au cours des années 14, les alliances étaient utilisées à la fois comme mesure défensive et comme outil politique. Les rois et les princes formaient ou reformaient régulièrement des alliances, généralement pour promouvoir leurs propres intérêts ou isoler leurs rivaux. Beaucoup de ces alliances et blocs d’alliances ont été de courte durée. Certains se sont effondrés lorsque de nouveaux dirigeants ont émergé ; d'autres ont été annulés ou remplacés par de nouvelles alliances.

La montée du dictateur français Napoléon Bonaparte au début des années 1800 a marqué le début d'une brève période de « super alliances ». Les nations européennes se sont alliées soit pour soutenir Bonaparte, soit pour le vaincre. Entre 1797 et 1815, les dirigeants européens formèrent sept coalitions anti-napoléoniennes. À diverses époques, ces coalitions comprenaient la Grande-Bretagne, la Russie, la Hollande, l’Autriche, la Prusse, la Suède, l’Espagne et le Portugal. Après la défaite de Napoléon à Waterloo en 1815, les dirigeants européens se sont efforcés de restaurer la normalité et la stabilité sur le continent. Le Congrès de Vienne (1815) a établi un système diplomatique informel, défini les frontières nationales et cherché à prévenir les guerres et les révolutions. Le système des congrès a fonctionné pendant un certain temps, mais a commencé à s'affaiblir au milieu des années 1800. Les intérêts impériaux, les changements de gouvernement, une série de révolutions (1848) et la montée des mouvements nationalistes en Allemagne, en Italie et ailleurs ont vu les rivalités et les tensions européennes augmenter à nouveau. Les nations se sont à nouveau tournées vers des alliances pour défendre et faire progresser leurs intérêts. Certains accords individuels signés entre le milieu et la fin des années 1800 comprennent :

« Les modèles de causalité de la guerre ont souvent exprimé les relations internationales contemporaines. Pendant la guerre froide et la division du monde en deux, on avait tendance à considérer les relations internationales avant 1914 comme bipolaires et divisées entre deux blocs rigidement séparés et rivaux dans lesquels la puissance, le prestige et la sécurité étaient des déterminants clés ; et dans lequel l'accent a été mis sur le système d'alliance dans les causes de la guerre… L'analyse a porté sur la mesure dans laquelle la guerre était accidentelle (ou « générée par le système ») et dans quelle mesure elle était voulue par les gouvernements.
John Horne, historien

Le traité de Londres (1839). Bien qu’il ne s’agisse pas d’une alliance, ce traité multilatéral reconnaissait l’existence de la Belgique en tant qu’État indépendant et neutre. Plusieurs grandes puissances européennes, dont la Grande-Bretagne et la Prusse, étaient signataires de ce traité. La Belgique avait obtenu le statut d'État dans les années 1830 après s'être séparée du sud de la Hollande. Le Traité de Londres était toujours en vigueur en 1914. Ainsi, lorsque les troupes allemandes envahirent la Belgique en août 1914, les Britanniques considérèrent cela comme une violation du traité.

La Ligue des trois empereurs (1873). Cette ligue était une alliance à trois entre les monarques au pouvoir d’Allemagne, d’Autriche-Hongrie et de Russie. La Ligue des Trois Empereurs a été conçue et dominée par l'homme d'État prussien Otto von Bismarck, qui y voyait un moyen d'assurer l'équilibre des pouvoirs en Europe. Les troubles dans les Balkans sapèrent l'engagement de la Russie envers la Ligue, qui s'effondra en 1878. La Ligue des Trois Empereurs, sans la Russie, constituait la base de la Triple Alliance.

La double alliance (1879). Il s’agissait d’une alliance militaire contraignante entre l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie, qui obligeait chaque signataire à soutenir l’autre si l’un d’eux était attaqué par la Russie. Il a été signé après l'effondrement de la Ligue des Trois Empereurs et pendant une période de tensions austro-russes dans les Balkans. L'alliance a été bien accueillie par les nationalistes allemands, qui pensaient que l'Autriche germanophone devait être absorbée par la Grande Allemagne.

La triple alliance (1882). Cette alliance complexe à trois entre l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie et l’Italie était motivée par un sentiment anti-français et anti-russe. Chacun des trois signataires s’est engagé à apporter un soutien militaire aux autres, si l’un d’entre eux était attaqué par deux autres puissances – ou si l’Allemagne et l’Italie étaient attaquées par la France. L'Italie, nouvellement formée et militairement faible, était considérée comme un partenaire mineur dans cette alliance.

L'Alliance Franco-Russe (1894). Cette alliance militaire entre la France et la Russie rétablit des relations cordiales entre les deux puissances impériales. L'Alliance franco-russe était en effet une réponse à la Triple Alliance qui avait isolé la France. La signature de l’Alliance franco-russe a été un développement inattendu qui a contrecarré les projets allemands pour l’Europe continentale et a provoqué la colère de Berlin. Il a également apporté des avantages économiques aux deux pays signataires, permettant à la Russie d’accéder aux prêts français et aux capitalistes français d’accéder aux mines, à l’industrie et aux matières premières russes.

Le plus Entente Cordiale (1904). Signifiant « accord amical », le Entente Cordiale était une série d'accords entre la Grande-Bretagne et la France. Le Entente a mis fin à un siècle d'hostilité entre les deux voisins transmanche. Cela a également résolu certains désaccords coloniaux et d’autres différends mineurs mais persistants. Le Entente ce n’était pas une alliance militaire ; aucun des signataires n’était obligé de fournir un soutien militaire à l’autre. Néanmoins, cela a été considéré comme le premier pas vers une alliance militaire anglo-française.

Le anglo-russe Entente (1907). Cet accord entre la Grande-Bretagne et la Russie a apaisé les tensions et rétabli de bonnes relations entre les deux nations. La Grande-Bretagne et la Russie ont passé une grande partie du XIXe siècle en tant qu’antagonistes, entrant en guerre en Crimée (19-1853) et atteignant plus tard le bord de la guerre à deux reprises. L'anglo-russe Entente résolu plusieurs points de désaccord, y compris le statut des possessions coloniales au Moyen-Orient et en Asie. Cela n'impliquait aucun engagement ou soutien militaire.

Le triple Entente (1907). Ce traité a consolidé le Entente Cordiale et l'anglo-russe Entente dans un accord à trois entre la Grande-Bretagne, la France et la Russie. Encore une fois, il ne s’agissait pas d’une alliance militaire – mais les trois Ententes 1904-7 étaient importants car ils marquaient la fin de la neutralité et de l'isolationnisme britanniques.

alliances
Un diagramme de Venn illustrant le réseau d’alliances des 19 et 20ièmes siècles européens
alliances
Une représentation des deux blocs d'alliance, l'un se tirant l'un contre l'autre

La plupart des alliances et ententes ont été formulés à huis clos et révélés au public après signature. Certains pays ont même mené des négociations sans en informer leurs autres partenaires de l’alliance. Le chancelier allemand Bismarck, par exemple, a lancé des négociations d'alliance avec la Russie en 1887, sans en informer l'Autriche-Hongrie, le principal allié de l'Allemagne. Certaines alliances contenaient également des « clauses secrètes » qui n'étaient pas annoncées publiquement ni enregistrées. Plusieurs de ces clauses secrètes n’ont été connues du public qu’après la fin de la Première Guerre mondiale. La nature secrète des alliances n’a fait qu’accroître les soupçons et les tensions continentales.

Un facteur supplémentaire dans le déclenchement de la Première Guerre mondiale fut des changements mineurs mais significatifs dans les alliances européennes, dans les années précédant 1914. Une clause insérée dans la Double Alliance en 1910, par exemple, exigeait que l'Allemagne intervienne directement si l'Autriche-Hongrie était un jour vaincue. attaqué par la Russie. Ces modifications ont renforcé et militarisé les alliances et ont probablement accru la probabilité d'une guerre. Malgré cela, l’impact du système d’alliances en tant que cause de guerre est souvent surestimé. Les alliances n’ont pas rendu la guerre inévitable, comme on le suggère souvent. Les alliances n’ont pas privé les gouvernements de leur pouvoir ni conduit à des déclarations de guerre automatiques ; l'autorité et la décision finale de mobiliser ou de déclarer la guerre appartenaient toujours aux dirigeants nationaux. C’est leur engagement moral envers ces alliances qui a été le facteur déterminant. Comme l’a dit l’historien Hew Strachan, le véritable problème était qu’en 1914, « personne n’était prêt à se battre de tout son cœur pour la paix, qui était une fin en soi ».

système d'alliance

1. Le système des alliances était un réseau de traités, d’accords et de ententes qui ont été négociés et signés avant 1914.
2. Les tensions et rivalités nationales ont fait des alliances une caractéristique commune de la politique européenne, mais le système d’alliances est devenu particulièrement répandu à la fin des années 1800.
3. Un grand nombre de ces alliances ont été négociées dans le cadre de clauses secrètes ou contenant des clauses secrètes, renforçant ainsi la suspicion et la tension qui existaient dans l'Europe d'avant la guerre.
4. La Triple Alliance (Allemagne, Autriche-Hongrie et Italie) constituait la base des puissances centrales, le bloc d'alliance dominant en Europe centrale.
5. La Grande-Bretagne, la France et la Russie ont surmonté leurs conflits et tensions historiques pour former un trio entente au début 1900s.


© Alpha Histoire 2014. Le contenu de cette page ne peut être republié ou distribué sans autorisation. Pour plus d'informations s'il vous plaît se référer à notre Conditions d’utilisation.
Cette page a été écrite par Jennifer Llewellyn, Jim Southey et Steve Thompson. Pour référencer cette page, utilisez la citation suivante:
J. Llewellyn et al, « Les alliances comme cause de la Première Guerre mondiale » sur Histoire Alpha, https://alphahistory.com/worldwar1/alliances/, 2014, consulté le [date du dernier accès].