Rapport américain sur la signature de l'accord de paix (1973)

Cette rapport de janvier 28th 1973 détaille la signature de l'accord de cessez-le-feu et de paix entre les Etats-Unis, Nord-Vietnam, Vietnam du Sud les nouveautés Front de libération nationale:

«Paris - L'accord de cessez-le-feu avec le Vietnam a été signé ici aujourd'hui dans un silence étrange, sans un mot ni un geste pour exprimer le soulagement du monde que les années de guerre se terminent officiellement.

L'accord est entré en vigueur à 7 heures, heure normale de l'Est. Le secrétaire d'État William P. Rogers a écrit 62 fois son nom sur les documents fournissant - après 12 ans - un règlement de la guerre étrangère la plus longue et la plus conflictuelle de l'histoire de l'Amérique.

Le titre officiel du texte était «Accord sur la fin de la guerre et le rétablissement de la paix au Vietnam». Mais l'atmosphère froide et presque sombre de deux cérémonies de signature distinctes reflétait l'incertitude quant à savoir si la paix est désormais assurée. Le conflit, qui fait rage d'une manière ou d'une autre depuis plus d'un quart de siècle, n'a pas été concluant, sans victoire ni défaite évidente pour l'un ou l'autre camp.

Après une implication progressivement croissante qui a commencé avant même que la France ne quitte l'Indochine en 1954, les États-Unis entrent dans un rôle de combat à grande échelle en 1965. Les États-Unis considèrent le 1er janvier 1961, comme la date du début de la guerre et les pertes sont comptées à partir de là. En 1968, lorsque la montée en puissance a été arrêtée puis inversée, 529,000 45,000 Américains combattaient au Vietnam. Les morts des États-Unis ont dépassé XNUMX XNUMX à la fin de la guerre.

Les accords de paix étaient aussi ambigus que le conflit, que beaucoup d'amis de l'Amérique considéraient d'abord comme une aide généreuse à un allié faible et menacé, mais que beaucoup en venaient à considérer comme un exercice de pouvoir brutal contre une minuscule nation.

Les accords signés aujourd’hui reposent sur des compromis qui permettent aux deux parties vietnamiennes de leur donner des significations contradictoires et, elles espèrent bien, de poursuivre leur lutte inachevée sur la scène politique sans poursuivre le massacre.

La signature a eu lieu en deux cérémonies. Dans la matinée, les participants étaient les États-Unis, le Nord Vietnam, le Sud Vietnam et le Vietcong. Parce que le gouvernement de Saïgon ne souhaite pas impliquer la reconnaissance du gouvernement révolutionnaire provisoire du Vietcong, toutes les références à ce gouvernement se limitaient à un deuxième ensemble de documents. Cet ensemble a été signé dans l'après-midi, et uniquement par les États-Unis et le Nord-Vietnam.

Au dernier moment, il a été constaté que deux exemplaires en anglais des textes, qui devaient être signés par M. Rogers et le ministre des Affaires étrangères du Nord-Vietnam, Nguyen Duy Trinh, lors de la cérémonie de l'après-midi, manquaient. Le plan était de remettre une copie signée dans chaque langue à chacune des quatre délégations. Les États-Unis ont préparé les documents anglais et ont remis les deux exemplaires aux Sud-Vietnamiens pour qu'ils les inspectent. Ils n'ont pas été renvoyés, laissant un total de six au lieu de huit ensembles de documents à signer par les États-Unis et le Nord-Vietnam.

Ces textes commençaient par dire que le Nord-Vietnam «avec l'accord du gouvernement révolutionnaire provisoire de la République du Sud-Vietnam» et les États-Unis «avec l'accord du gouvernement de la République du Vietnam» étaient parvenus à un accord.

Le ministre des Affaires étrangères du Sud-Vietnam, Tran Van Lam, a indiqué qu'il ne voulait pas accepter de copies signées de ce texte, parce que Saïgon s'oppose à mentionner le gouvernement révolutionnaire de ce nom. Lorsqu'on leur a demandé si l'action sud-vietnamienne pourrait affaiblir ou saper le degré de «concordance» de Saïgon, les responsables américains ont répondu: «Non, non. Ils sont d'accord. »…

Au cours de la cérémonie du matin, les quatre parties ont signé des accords identiques, à l’exception d’un protocole ou d’un document annexé, aux termes desquels les États-Unis ont convenu d’enlever les mines qu’ils avaient plantées dans les eaux du Nord-Vietnam.

Le préambule des documents quadripartites ne mentionnait aucun gouvernement par son nom et se référait uniquement aux «parties participant à la conférence de Paris sur le Vietnam». C'était la formule qui avait brisé l'impasse finale.

Presque immédiatement après la session du matin réunissant quatre ministres des Affaires étrangères, des délégations militaires du Vietcong et du Nord-Vietnam se sont envolées pour se rendre à Saigon. Avec des officiers américains et sud-vietnamiens, ils formeront une commission militaire conjointe chargée de mettre en oeuvre le cessez-le-feu. Leur départ pour la capitale sud-vietnamienne a donné une touche de réalité à la manière étrangement sans émotion dont le rite de la paix était célébré à Paris.

Après la cérémonie du matin, qui a duré 18 minutes, les quatre ministres des Affaires étrangères, leurs assistants et invités ont défilé sans un mot à travers des portes séparées dans un hall à rideaux. Là, ont dit les participants, ils ont tinté des verres de champagne, ont grillé «paix et amitié» et se sont serré la main tout autour. Mais une telle amabilité était cachée aux observateurs et surtout aux caméras qui auraient pu enregistrer une scène d'ennemis vietnamiens en contact social. Une cérémonie similaire de 15 minutes de cordialité a suivi la cérémonie de 11 minutes de l'après-midi, en présence uniquement des délégations américaine et nord-vietnamienne.

L'accord a été signé lors de la gigantesque table ronde, couverte d'une prairie de feutrine verte, où les quatre parties à la conférence de Paris se sont adressées des discours, et souvent se vilipendaient, presque chaque semaine pendant quatre ans. La grande salle de bal de l'ancien hôtel Majestic, où se trouve la table, est remplie de lustres en cristal et dorés, de tapisseries luxuriantes et de moulures dorées ornées. Mais la scène était aussi sombre que le ciel gris et brumeux de Paris à l'extérieur. Les hommes portaient tous des costumes sombres.

Les touches de couleur humaine étaient peu nombreuses. Mme Nguyen Thi Binh, ministre des Affaires étrangères du gouvernement révolutionnaire provisoire du Vietcong, portait un ambre ao dai brodé sur le corsage, ornement inhabituel pour elle. Mme Rogers portait une robe avec un haut rouge et une jupe marine. Dans l'après-midi, alors qu'il n'y avait que deux délégations et donc plus de place pour les invités, tous les secrétaires américains impliqués ont été amenés et ont éclairé la salle.

Les textes des accords étaient liés dans des couleurs de cuir différentes: rouge pour le Nord-Vietnamien, bleu pour les États-Unis, brun pour le Sud-Vietnam et vert pour le Vietcong. Les huissiers français les ont solennellement distribués à chaque signature. Mme Binh a négligé un endroit pour signer et a dû être restituée à un album. Rogers et Trinh ont utilisé un grand nombre de stylos noirs et les ont ensuite remis aux membres de la délégation en guise de souvenirs.

William J. Porter, le nouveau sous-secrétaire d'État adjoint qui avait été le délégué des États-Unis aux pourparlers semi-publics jusqu'à ce mois-ci, s'est envolé pour Paris avec M. Rogers et s'est assis à la table avec lui. Heywood Isham, chef par intérim de la délégation des États-Unis, Marshall Green, secrétaire d'État adjoint aux Affaires de l'Asie de l'Est et du Pacifique, et William H.Sullivan, l'adjoint de M. Green, qui a mené des entretiens techniques avec les Nord-Vietnamiens ici, ont achevé le groupe à table.

Deux tables rectangulaires, soigneusement placées à côté de la table principale pour symboliser la séparation des quatre délégations en deux parties belligérantes au début de la conférence à 1969, étaient réservées aux ambassadeurs du Canada, de la Hongrie, de l'Indonésie et de la Pologne. Leurs pays fournissent des troupes à une commission internationale chargée de superviser le cessez-le-feu.

M. Rogers et ses collaborateurs basés à Washington sont rentrés chez eux immédiatement après la cérémonie. De façon inattendue, M. Lam les accompagna. M. Sullivan est resté à Paris pour recevoir la liste des prisonniers américains de Hanoi et pour tenir de nouvelles réunions techniques sur les nombreux détails non réglés de la manière dont les arrangements doivent être mis en œuvre.

A l'aéroport avant de partir, M. Rogers a fait ses seuls commentaires sur l'événement tant attendu avec des poussées d'espoir et un désespoir amer. «C'est une belle journée», a-t-il déclaré.

Il a déclaré que le président Nixon s'était consacré à la construction d'une structure de paix et a poursuivi: «Les événements à Paris aujourd'hui sont une étape importante dans la réalisation de cette paix. J'espère qu'il y aura bientôt un cessez-le-feu dans toute l'Indochine », a-t-il ajouté.