Échecs de récolte

échecs de récolte
Un graphique montrant des Parisiens affamés mettant leurs marchandises en gage pour acheter de la nourriture

Les mauvaises récoltes, les prix élevés des denrées alimentaires et la faim ont tous façonné le cours de la Révolution française, en particulier pour la classe ouvrière. Des méthodes agricoles inefficaces, des événements météorologiques défavorables et une population croissante signifiaient que dans les années 1780, la France avait du mal à produire régulièrement suffisamment de nourriture pour se nourrir.

Une économie agraire

L'agriculture dominait l'économie nationale française, représentant environ 75 pour cent de la production totale et 70 pour cent de l'utilisation des terres. Les paysans en pleine propriété possédaient environ 40 pour cent des terres agricoles. Le reste appartenait au noblesse (25%), bourgeoisie (25 pour cent) et l'église (10 pour cent), qui l'ont distribué sous forme de locations.

La production agricole en France au XVIIIe siècle a peu changé depuis le Moyen Âge. L'agriculture était encore exigeante en main d'œuvre, réalisée à la main ou avec des bêtes de somme. On savait peu de choses sur l'agronomie ou la fertilisation efficace. Le sol était reconstitué avec du fumier et périodiquement reposé. Cela signifiait que la productivité était faible et que les rendements des cultures étaient faibles.

Les récoltes alimentaires étaient également sensibles à des facteurs imprévisibles – événements climatiques tels que temps anormalement froid ou sec, sécheresse ou grêle, épidémies de maladies des cultures ou invasions d’insectes.

Une population croissante

Ces cycles et méthodes agricoles post-médiévaux ont façonné la vie des classes inférieures de France. La taille d’une récolte déterminait la manière dont les paysans vivraient au cours de l’année à venir. Lorsque le blé, le maïs ou le seigle de la saison étaient récoltés, la majeure partie était conservée pour la subsistance, les taxes féodales, les semences et les réserves d'hiver. Ce qui restait était vendu au marché ou aux grossistes.

L'économie de marché était relativement simple : si les récoltes échouaient ou si les rendements étaient inférieurs aux prévisions, moins de produits alimentaires arrivaient sur les marchés des villes et des villages. Toute pénurie de nourriture ferait grimper la demande et les prix.

Au XVIIe et au début du XVIIIe siècle, les pénuries alimentaires et les prix élevés des denrées alimentaires étaient relativement rares. Les changements démographiques du XVIIIe siècle ont exercé de nouvelles pressions sur les agriculteurs. En 17, la France comptait un peu moins de 18 millions d'habitants, mais dans les années 18, elle approchait les 1700 millions. La population des villes et villages s'est également accrue, Paris passant de 20 1780 à 28 500,000 habitants dans la même période.

En revanche, la croissance agricole a été négligeable. La production a augmenté de 10 à 20 pour cent dans certaines régions, mais pratiquement pas dans d'autres. En bref, la France avait huit millions de bouches supplémentaires à nourrir – mais sa productivité agricole n’avait pas suivi le rythme de la croissance démographique.

« Le pays [français] est un tas de cendres. L'herbe est à peine visible et toutes sortes de grains sont courts, maigres, pâles et faibles, tandis que le lin est tout à fait mort… Je plains ce peuple de tout mon cœur… Pas de pois verts, pas de salade, pas de légumes sur la route. , et le ciel est toujours aussi clair, sec et froid. Les troupeaux de moutons et de bovins parcourent les champs comme des troupeaux de squelettes ambulants.
John Adams, diplomate américain, 1775

Les désastreuses années 1780

Comme mentionné précédemment, les agriculteurs de la France pré-révolutionnaire étaient également à la merci des intempéries. Il n'était pas nécessaire que les événements météorologiques défavorables se prolongent ou se produisent à l'échelle nationale pour affecter l'approvisionnement alimentaire de l'ensemble du pays. La sécheresse, les pluies torrentielles ou les gelées sévères pourraient anéantir une récolte entière dans une région agricole majeure, augmentant ainsi la demande de cultures en provenance d’autres régions.

Les approvisionnements alimentaires de la France furent affectés par les mauvaises récoltes de 1769, 1770, 1775 et 1776. La dernière d'entre elles coïncida avec Anne-Robert Turgotles réformes proposées pour libérer le commerce des céréales. Entre 1777 et 1781, la France a connu une série d'étés chauds et secs qui ont produit d'excellentes récoltes. Les récoltes de céréales et de raisins ont été particulièrement fortes, permettant aux prix du pain et du vin de se maintenir ou de baisser légèrement.

En revanche, les années 1780 furent désastreuses pour les agriculteurs français. En 1782, un hiver long et un printemps plus humide que la moyenne retardèrent les semis, entraînant une mauvaise récolte. En juin 1783, le volcan Laki, en Islande, commença à entrer en éruption et à rejeter des cendres, de la poussière et du soufre dans l'atmosphère. Cette éruption a duré des mois, obstruant le ciel européen et provoquant des baisses de température importantes. Les récoltes de la France en 1783 et 1784 furent par conséquent médiocres, tout comme celles de la majeure partie de l'Europe.

Les sécheresses de 1785 et 1788

Les problèmes de la France face aux intempéries ne se sont pas arrêtés là. À partir de septembre 1784, ses agriculteurs subissent une sécheresse qui gêne les récoltes de céréales, provoquant une mauvaise récolte en 1785 et un rendement inférieur à la moyenne l'année suivante. Les conditions normales sont revenues en 1787 avec une récolte abondante.

Cependant, les pluies se sont de nouveau taries au début de 1788 et, en mai, environ les trois quarts du pays étaient en proie à la sécheresse. Les régions du nord et du nord-ouest de la France, qui ont des réserves alimentaires, n'ont reçu presque aucune pluie depuis des mois ; le sol pouvait à peine être sillonné et tout ce qui était planté mourait rapidement.

Pour aggraver les choses, les cultures et les légumes du nord-ouest et des quartiers parisiens ont été décimés par de violentes tempêtes de grêle en juillet 13th 1788, un an et un jour avant le chute de la bastille. Selon des chroniqueurs comme l'Anglais Arthur Young, ce jour-là, «la grêle est tombée aussi grosse qu'une bouteille d'un litre», tuant plusieurs personnes, faisant macérer les récoltes et détruisant des arbres.

échecs de récolte
Une représentation artistique d'un boulanger français traditionnel

Des hivers glacials

La mauvaise récolte de 1788 a été aggravée par l'hiver qui a suivi, qui a été le plus froid depuis des décennies. De fin novembre à mars, une grande partie du nord de la France a souffert de températures constantes de gel, de glace et de neige. Paris aurait subi 57 jours consécutifs de gel.

L'hiver rigoureux a détruit les arbres fruitiers et gâté les céréales et les légumes stockés. Il a transformé les barils de vin et de cidre en neige fondante glacée et a gelé les rivières, rendant les moulins et les machines inutilisables.

Lorsque la vague de froid a éclaté fin janvier et février 1789, le dégel de la neige et de la glace a provoqué l’inondation des rivières, des ruisseaux et des canaux. Après des semaines d'ivresse gelée, des milliers de paysans français ont dû faire face à des champs et des greniers inondés, des routes impraticables et des voies navigables infranchissables. Pourtant, malgré toute la misère à la campagne, ce sont les villes qui subiraient le pire des pénuries alimentaires.

Pénuries alimentaires critiques

échecs de récolte
Une satire britannique montrant des aristocrates français en train de se gaver pendant que la foule meurt de faim

Au début de 1789, la France manquait cruellement de nourriture. Jacques Necker, reconduit dans ses fonctions de directeur des finances en 1777, est conscient du problème et prend des mesures pour éviter une famine. À l'automne 1788, Necker introduisit plusieurs mesures d'urgence, interdisant toute exportation de produits alimentaires et exigeant que toutes les céréales soient vendues sur les marchés officiels. Necker a également organisé l'importation de céréales et de grains étrangers, totalisant environ 148,000 XNUMX tonnes.

Si ces mesures ont évité une famine massive, elles n’ont pas atténué les pénuries. La disponibilité du pain à Paris diminua régulièrement jusqu'à la fin de 1788. En janvier 1789, elle était devenue critique. En février 1789, les autorités municipales augmentèrent le prix du pain de neuf sous - 14.5 sous pour un pain de quatre livres.

Cette hausse des prix pousse les ouvriers parisiens au bord du désespoir. En 1788, à Paris, un ouvrier non qualifié dépensait environ la moitié de son salaire journalier en pain. Aujourd’hui, au printemps 1789, il dépensait entre 70 et 90 pour cent. Certains salaires ont certes légèrement augmenté, mais loin d’être suffisants pour correspondre à la hausse rapide des prix des denrées alimentaires.

échec des récoltes de la révolution française

1. Les mauvaises récoltes ont contribué au sentiment révolutionnaire en laissant le pays à court de cultures vivrières, ce qui a créé des pénuries de pain et fait grimper les prix, en particulier dans les villes de France.

2. Les agriculteurs français du XVIIIe siècle utilisaient des méthodes désuètes à forte intensité de main-d'œuvre qui ne produisaient pas de gros rendements et étaient sensibles aux conditions météorologiques défavorables.

3. Les 1780 ont été une décennie particulièrement difficile en termes de récoltes, en raison de fortes pluies, de sécheresses sévères, d’une éruption volcanique à 1783 et d’une tempête de grêle 1788 en juillet qui a décimé un grand volume de cultures.

4. En 1788-89, le gouvernement national a pris des mesures pour empêcher une famine, mais au début de 1789, les villes du pays se sont retrouvées à court de nourriture.

5. Ces pénuries étaient particulièrement graves à Paris, où le prix du pain a augmenté de huit sous - 14.5 sous, soit entre 70 et 90 pour cent du salaire journalier d'un ouvrier non qualifié.

Informations de citation
Titre: « Mauvaises récoltes »
Auteurs: Jennifer Llewellyn, Steve Thompson
Editeur: Histoire Alpha
URL: https://alphahistory.com/frenchrevolution/harvest-failures/
Date publiée: 21 septembre 2019
Date de mise à jour : 8 novembre 2023
Date d'accès: Le 13 juin 2024
Droits d'auteur: Le contenu de cette page est © Alpha History. Il ne peut être republié sans notre autorisation expresse. Pour plus d'informations sur l'utilisation, veuillez vous référer à notre Conditions d’utilisation.