Le nationalisme en tant que cause de la première guerre mondiale

Première guerre mondiale nationalisme
Le lion était un symbole de l'impérialisme et du nationalisme britanniques

Le nationalisme est une forme intense de patriotisme ou de loyauté envers son pays. Les nationalistes exagèrent le statut, la valeur ou l’importance de leur pays, plaçant ses intérêts au-dessus de ceux des autres pays. Ces sentiments étaient prédominants dans l’Europe du début du XXe siècle, en particulier dans les soi-disant grandes puissances (Grande-Bretagne, France et Allemagne), ce qui a amené de nombreux Européens à croire que leur nation occupait une position de suprématie culturelle, économique et militaire.

Sources du nationalisme

La montée du nationalisme au XIXe et au début du XXe siècle a de nombreuses sources. Beaucoup de choses découlent d’événements et de développements historiques. En Grande-Bretagne, la révolution industrielle du XVIIIe siècle a entraîné des changements technologiques remarquables et créé de nouvelles formes de richesse, tandis que l’Empire britannique s’est développé pour s’étendre sur un quart de la planète. La France et l’Allemagne ont également connu une transformation économique rapide, une croissance impériale et une modernisation sociale.

De tels succès nationaux ont suscité une fierté et une confiance excessives qui, à leur tour, ont donné naissance à un sentiment nationaliste. Des hommes politiques, des diplomates et certains dirigeants royaux y ont contribué par leurs remarques et leur rhétorique. Le nationalisme a également été alimenté par des reportages unilatéraux de la presse, excessivement critiques à l’égard des autres nations, mais rarement critiques à l’égard du sien.

Les idées nationalistes ont également été perpétuées et avancées par la culture populaire – depuis le grand art des peintres et des sculptures jusqu’aux formes courantes de divertissement comme la littérature bon marché et la comédie de music-hall. La musique, qu'elle soit sous forme d'orchestre ou de chanson, était un véhicule important du sentiment nationaliste.

Confiance gonflée

Le produit de ce nationalisme naissant était une confiance exagérée dans la nation, le gouvernement et la puissance militaire. En matière d’affaires étrangères ou de concurrence mondiale, beaucoup sont devenus convaincus que leur pays était juste, juste et sans faute ni reproche.

En revanche, les nationalistes diabolisaient les nations rivales, les caricaturant comme étant agressives, intrigantes, trompeuses, arriérées ou non civilisées. Les articles de la presse nationaliste ont convaincu beaucoup de gens que les intérêts de leur pays étaient menacés par les complots, les intrigues et l’impérialisme affamé de ses rivaux. La rhétorique nationaliste et militariste assurait aux Européens que si la guerre éclatait, leur nation en sortirait victorieuse.

De concert avec ses frères dangereux, l’impérialisme et le militarisme, le nationalisme a contribué à une illusion continentale selon laquelle la guerre était non seulement justifiée, mais qu’elle était facilement gagnable. Dans sa forme la plus extrême, ce patriotisme agressif était connu sous le nom de « chauvinisme », tirant son nom d’une chanson du music-hall britannique des années 1870 :

Nous ne voulons pas nous battre mais par Jingo, si nous le faisons
Nous avons les navires, nous avons les hommes, nous avons aussi l'argent
Nous avons déjà combattu l'ours, et même si nous sommes Britanniques, c'est vrai
Les Russes n’auront pas Constantinople !

L'ambivalence de l'Europe face à la guerre

Au début du XXe siècle, de nombreux Européens semblaient indifférents aux dangers de la guerre. Cela était en partie dû à leur manque d’exposition. Outre la guerre de Crimée (20-1853) et la guerre franco-prussienne (56-1870), la seconde moitié du XIXe siècle fut un siècle de paix relative en Europe. À l’exception de la France, vaincue par les Prussiens en 71, les grandes puissances n’avaient pas connu de défaite militaire significative depuis au moins deux générations.

Pour la plupart des Européens, la guerre n’était qu’un lointain souvenir. Les Britanniques et les Français avaient mené des guerres coloniales en Afrique et en Asie, mais il s’agissait de brefs conflits contre des adversaires désorganisés et sous-équipés dans des régions lointaines. Le militarisme et le nationalisme ont ravivé les perspectives d’une guerre européenne et créé de la naïveté et un excès de confiance quant à ses conséquences probables.

Le nationalisme a également engendré certaines illusions quant à la capacité militaire des grandes puissances. Les Britanniques pensaient que leur puissance navale, soutenue par la puissance économique de l’Empire, leur offrait l’avantage dans toute guerre. Les dirigeants allemands accordaient une grande confiance à l’efficacité militaire prussienne, à la base industrielle croissante de l’Allemagne, aux nouveaux armements et à sa flotte croissante de cuirassés et de sous-marins (sous-marins). Si la guerre éclatait, le haut commandement allemand avait une confiance absolue dans le plan Schlieffen, une stratégie militaire préventive visant à vaincre la France avant que la Russie ne puisse se mobiliser pour la soutenir.

En Russie, le tsar croyait que son empire était soutenu par Dieu et protégé par une armée permanente massive de 1.5 million d’hommes, la plus grande force terrestre d’Europe en temps de paix. Les commandants russes pensaient que l'énorme population du pays lui donnait le dessus sur les petites nations d'Europe occidentale. Les Français faisaient confiance aux industries et aux défenses du pays, en particulier au mur de barrières en béton et aux forteresses qui s'étendent le long de sa frontière orientale.

Stéréotypes et « littérature d’invasion »

nationalisme première guerre mondiale
La bataille de Dorking, typique de la fiction anti-invasion allemande

À la fin des années 1800, certains Européens étaient presque ivres de patriotisme et de nationalisme. La Grande-Bretagne, pour ne citer qu’un exemple, a connu deux siècles de domination impériale, commerciale et navale. L’empire britannique s’étendait sur un quart de la planète et les paroles de la chanson patriotique populaire Règle Britannia! a claironné que « les Britanniques ne seront jamais des esclaves ».

Londres avait passé le XIXe siècle à promouvoir ses intérêts impériaux et commerciaux et à éviter les guerres. Cependant, l'unification de l'Allemagne, la rapidité de l'armement allemand et les ambitions belliqueuses du Kaiser Guillaume II suscitaient l'inquiétude des nationalistes britanniques. La « penny press » anglaise – terme collectif désignant les romans en série bon marché – a intensifié les rivalités étrangères en publiant d’incroyables fictions sur les intrigues étrangères, l’espionnage, la guerre future et l’invasion. La bataille de Dorking (1871), l'un des exemples les plus connus de « littérature d'invasion », était une histoire folle sur l'occupation de l'Angleterre par les forces allemandes.

En 1910, un Londonien pouvait acheter des dizaines de romans sordides mettant en garde contre une agression allemande, russe ou française. Cette littérature sur l’invasion utilisait souvent des stéréotypes raciaux ou des insinuations. L’Allemand, par exemple, était généralement décrit comme froid, impassible et calculateur ; le Russe était un barbare inculte, enclin à la violence gratuite ; le Français était un fainéant en quête de loisirs ; les Chinois, une race de sauvages meurtriers et fumeurs d’opium.

Les romanciers, les caricaturistes et les satiristes se sont également moqués des dirigeants de ces pays. L’empereur allemand et le tsar russe, qui étaient tous deux des cibles fréquentes, ont été ridiculisés pour leur arrogance, leur ambition ou leur mégalomanie.

Nationalisme allemand

Le nationalisme allemand et la xénophobie n’étaient pas moins intenses, même s’ils prenaient des formes différentes. Contrairement à la Grande-Bretagne, l’Allemagne était une nation relativement jeune, créée en 1871 après l’unification de 26 États et territoires germanophones. La conviction que tous les peuples germanophones devaient être unis dans un seul empire, ou « pangermanisme », était le ciment politique qui unissait ces États entre eux.

Les dirigeants de l’Allemagne d’après 1871 se sont appuyés sur le sentiment nationaliste pour consolider la nouvelle nation et obtenir le soutien de l’opinion publique. La culture allemande – de la poésie de Goethe à la musique de Richard Wagner – a été promue et célébrée. Le nationalisme allemand était également soutenu par le militarisme allemand : la force de la nation reposait sur la force de ses forces militaires.

Le nouveau Kaiser, Guillaume II, devint la personnification de cette nouvelle Allemagne nationaliste. Le Kaiser et sa nation étaient jeunes et ambitieux, obsédés par la puissance militaire et l’expansion impériale. Le Kaiser était fier des réalisations de l’Allemagne mais inquiet quant à son avenir. Il enviait les autres puissances et cherchait désespérément le succès national.

Pour le Kaiser et pour de nombreux autres Allemands, la Grande-Bretagne était le principal obstacle au progrès et à l’expansion allemande. Wilhelm était jaloux du vaste empire britannique, de son entreprise commerciale et de sa puissance navale – mais il pensait que les Britanniques étaient avares et hypocrites. Le gouvernement britannique a supervisé le plus grand empire du monde, mais a néanmoins manœuvré contre l’expansion coloniale allemande en Afrique et en Asie.

En conséquence, la Grande-Bretagne est devenue une cible populaire dans la presse allemande d’avant-guerre, décrite comme expansionniste, égoïste, cupide et obsédée par l’argent. Le sentiment anti-britannique s’est intensifié pendant la guerre des Boers de 1899-1902, la guerre menée par la Grande-Bretagne contre les agriculteurs et les colons pour le contrôle de l’Afrique du Sud.

Mouvements d'indépendance

nationalisme guerre chine
Le nationalisme émergeait aussi dans des colonies lointaines. Ce dessin illustre le nationalisme croissant

Alors que les grandes puissances se frappaient la poitrine et surfaient sur cette vague d’autosatisfaction et de supériorité, un deuxième type de nationalisme était en hausse dans le sud et l’est de l’Europe. Ce nationalisme ne concernait pas la suprématie ou l’empire mais le droit des groupes ethniques à l’indépendance, à l’autonomie et à l’autonomie gouvernementale.

Le monde étant divisé en grands empires et sphères d'influence, de nombreuses régions, races et groupes religieux ont cherché à se libérer de leurs maîtres impériaux. En Russie, plus de 80 groupes ethniques d'Europe orientale et d'Asie ont été contraints de parler la langue russe, d'adorer le tsar russe et de pratiquer la religion orthodoxe russe.

Pendant une grande partie du XIXe siècle, la Chine a été « dépecée » et économiquement exploitée par les puissances européennes ; Les Chinois pleins de ressentiment ont formé des groupes nationalistes secrets et exilés pour débarrasser leur pays de l'influence étrangère. Les groupes nationalistes ont contribué à l’affaiblissement de l’Empire ottoman en Europe de l’Est, en cherchant à se débarrasser de la domination musulmane.

Nationalisme serbe

Aucun mouvement nationaliste n’a eu un plus grand impact sur le déclenchement de la guerre que les groupes slaves des Balkans. Le panslavisme, la conviction que les peuples slaves d’Europe de l’Est devraient avoir leur propre nation, était une force puissante dans la région.

Le nationalisme slave était le plus fort en Serbie, où il avait considérablement augmenté à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Le panslavisme était particulièrement opposé à l'Empire austro-hongrois ainsi qu'à son contrôle et son influence sur la région. Aggravés par l'annexion de la Bosnie-Herzégovine par Vienne, les jeunes Serbes ont rejoint des groupes nationalistes radicaux comme la « Main noire » (Crna Ruka). Ces groupes espéraient chasser l'Autriche-Hongrie des Balkans et établir une « Grande Serbie », un État unifié pour tous les peuples slaves.

C’est ce nationalisme panslave qui a inspiré l’assassinat de l’archiduc François Ferdinand à Sarajevo en juin 1914, un événement qui a directement conduit au déclenchement de la Première Guerre mondiale.

« Un nouveau nationalisme agressif, différent de ses prédécesseurs, a émergé en Europe à la fin du XIXe siècle… Le nouveau nationalisme a enclenché les féroces émotions de groupe nous/eux – loyauté intérieure, agression extérieure – qui caractérisent les relations humaines à des niveaux sociologiques plus simples. comme la famille ou la tribu. Ce qui était nouveau, c'était d'attacher ces passions à la nation… Dans sa dimension tournée vers l'extérieur, le nouveau nationalisme était pleinement un mouvement de « l'ère de l'impérialisme » – du « grand jeu », de la « ruée vers l'Afrique », de l'entreprise de grandes puissances. »
Lawrence Rosenthal, historien

nationalisme, première guerre mondiale

1. Le nationalisme était une forme intense de patriotisme. Ceux qui ont des tendances nationalistes ont célébré la culture et les réalisations de leur propre pays et ont placé ses intérêts avant ceux des autres nations.

2. Le nationalisme d'avant-guerre était alimenté par les guerres, les conquêtes et les rivalités impériales, la rhétorique politique, les journaux et la culture populaire, comme la «littérature d'invasion» écrite par des romanciers de la presse penny.

3. Le nationalisme britannique était alimenté par un siècle de paix et de prospérité comparées. L’empire britannique s’est développé et s’est développé, sa force navale s’est accrue et les Britanniques n’ont connu que des guerres coloniales.

4. Le nationalisme allemand était un phénomène nouveau, émergeant de l'unification de l'Allemagne en 1871. Il devint fasciné par l'expansion impériale allemande (assurant la «place au soleil» de l'Allemagne) et plein de ressentiment envers les Britanniques et leur empire.

5. La montée du nationalisme était également un facteur dans les Balkans, où les Serbes slaves et d'autres personnes cherchaient l'indépendance et l'autonomie par rapport à la domination politique de l'Autriche-Hongrie.

Informations de citation
Titre: « Le nationalisme, cause de la Première Guerre mondiale »
Auteurs: Jim Southey, Steve Thompson
Editeur: Histoire Alpha
URL: https://alphahistory.com/worldwar1/nationalism/
Date publiée: 5 avril 2017
Date de mise à jour : 20 décembre 2023
Date d'accès: 22 mai 2024
Droits d'auteur: Le contenu de cette page est © Alpha History. Il ne peut être republié sans notre autorisation expresse. Pour plus d'informations sur l'utilisation, veuillez vous référer à notre Conditions d’utilisation.