La constitution de Weimar

La conception et la mise en œuvre de la constitution de Weimar ont commencé à la fin de 1918, avec l'abdication du Kaiser et l'effondrement de la monarchie. Le nouveau gouvernement, dirigé par le chancelier Friedrich Ebert et le SPD, estimait que l'Allemagne devait devenir une république démocratique. Cela reflétait leurs propres valeurs politiques. Même si Ebert et ses collègues étaient théoriquement socialistes, en réalité, le SPD était dominé par des modérés qui favorisaient le progressisme et le progrès plutôt que le changement radical. Ils pensaient également que la transformation de l’Allemagne en une démocratie représentative était importante pour le processus de paix. Si les Alliés victorieux pouvaient voir des signes réels et durables de réforme politique, l’Allemagne s’en sortirait mieux dans le traité de paix qui s’ensuivrait.

En novembre 1918, Ebert et son cabinet décidèrent de convoquer des élections pour une assemblée nationale, chargée de formuler un nouveau système politique. Ces élections eurent lieu le 19 janvier 1919, quelques jours seulement après la répression du soulèvement spartaciste à Berlin. Le SPD est celui qui a obtenu le plus de voix parmi tous les partis, ses représentants occupant 38 pour cent des sièges à l'Assemblée. Parmi les autres partis fortement représentés figurent le Parti catholique du centre (20 pour cent), le Parti démocrate allemand libéral (18 pour cent) et le Parti national populaire allemand (11 pour cent). Alors que Berlin risque toujours de connaître un regain de violence, l'Assemblée nationale s'est réunie dans la ville de Weimar le 6 février. En une semaine, l’assemblée avait formé un gouvernement de coalition composé du SPD et d’autres partis de gauche ou libéraux. Ebert a été élu premier président de la République de Weimar, avec Philipp Scheidemann comme chancelier.

L'Assemblée nationale de Weimar s'est réunie pendant près de 18 mois. Durant cette période, elle accomplit deux tâches majeures : la rédaction de la constitution de Weimar et la ratification du traité de Versailles. Ni l’une ni l’autre de ces solutions ne s’est révélée facile ou populairement acceptée par le peuple allemand. Le cadre général d'une constitution est venu de Hugo Preuss, un avocat peu connu qui a été précipité dans le cabinet de Scheidemann en tant que ministre de l'Intérieur. Preuss a suggéré un système politique calqué sur celui des États-Unis. Elle serait fédéraliste mais doit assurer le maintien d’une seule nation allemande ; il serait démocratique mais contiendrait de forts pouvoirs exécutifs pour faire face aux situations d'urgence. Surtout, la nouvelle constitution serait libérale : elle protégerait les droits et libertés de l’individu.

Le plus projet de constitution a été préparé au printemps 1919. Certaines de ses principales caractéristiques comprenaient :

Il y avait des défauts. La Constitution ne comportait aucun préambule émouvant exposant la vision d’une Allemagne démocratique. Le système de vote proportionnel a puissamment contribué à la fragmentation politique de Weimar. La loi électorale qui a suivi [la constitution] a autorisé la représentation au sein du Reichstag pour chaque parti ayant obtenu 60,000 XNUMX voix. Les pouvoirs accordés au président dans les situations d'urgence étaient trop étendus. Mais les défauts de la Constitution étaient moins liés au système politique qu’elle avait établi qu’au fait que la société allemande était si fragmentée. Une société moins divisée et plus attachée aux principes démocratiques aurait pu faire en sorte que cela fonctionne.
Eric D. Weitz, historien

Fédéralisme. La constitution de Weimar reconnaissait les dix-sept États allemands et permettait leur maintien. Le pouvoir législatif serait partagé entre le gouvernement fédéral Reichstag et l'état Les balises. Le gouvernement national aurait un pouvoir exclusif dans les domaines des relations extérieures, de la défense, de la monnaie et de certains autres domaines.

le Reichstag. Le parlement allemand (Reichstag) était élu tous les quatre ans, ou plus tôt si le besoin s'en faisait sentir. Tous les citoyens allemands âgés de 20 ans ou plus seraient autorisés à voter Reichstag élections, quels que soient leur statut, leur fortune ou leur sexe. Toutes les élections auraient lieu au scrutin secret. Reichstag les députés seraient choisis selon un système de représentation proportionnelle, ce qui signifie que les partis recevraient des sièges proportionnellement à leur total de voix.

Le chancelier. L’équivalent général d’un premier ministre de style Westminster, le chancelier était responsable de diriger le gouvernement de l’époque. Le Chancelier était choisi, nommé et révoqué par le Président et dirigeait un cabinet de ministres. Il n'était pas nécessaire que le chancelier soit membre en exercice du Reichstag, même si pour adopter une législation, ils avaient certainement besoin du soutien du corps législatif.

Le président. Le président allemand a été élu par le peuple et a exercé un mandat de sept ans. Le Président était chef de l'État et ne faisait pas partie du Reichstag. En principe, le président n'était pas censé exercer beaucoup de pouvoir ou de prérogatives personnelles, autres que la nomination du chancelier et des ministres. Cependant, l'article 48 de la Constitution accorde au président des pouvoirs considérables en cas d'« urgence », lui permettant de gouverner par décret et de passer outre aux Reichstag, de suspendre les droits civils et de déployer l'armée.

Cette constitution a fait de la République de Weimar l'un des systèmes politiques les plus démocratiques et libéraux de son époque. Elle prévoyait le suffrage universel, contenait une déclaration des droits limitée et offrait un mode de scrutin proportionnel pour élire le président. Reichstag. Mais il s’agissait là d’une expérience risquée : donner une démocratie libérale aussi étendue à une nation et à un peuple qui n’avaient auparavant connu qu’un régime monarchique et aristocratique rigide. Ce point de vue est repris par l’historien Klaus Fischer, qui a suggéré qu’il était « douteux qu’une telle constitution démocratique puisse fonctionner entre les mains d’un peuple qui n’était ni psychologiquement ni historiquement préparé à l’autonomie gouvernementale ». Même Hugo Preuss, l’homme qui a rédigé une grande partie de la constitution, s’est demandé à haute voix si un tel système progressiste devait être donné à un peuple qui « y a résisté de toutes les forces de son corps ».

1. Les hommes politiques allemands se sont réunis dans la ville de Weimar pour former un nouveau gouvernement, les combats de rue rendant Berlin dangereuse.
2. Ils ont rédigé, accepté, débattu et approuvé l’une des constitutions les plus libérales au monde à l’époque.
3. Il a remplacé le roi par un président, qui ne faisait pas partie du Reichstag, bien qu'il puisse exercer des pouvoirs d'urgence.
4. le Reichstag a été conservé en tant qu'organe parlementaire, bien que son système électoral ait permis à des partis mineurs de remporter des sièges.
5. La nation était effectivement dirigée par un chancelier, qui opérait au sein du Reichstag mais a été nommé par le président.


© Alpha Histoire 2014. Le contenu de cette page ne peut être republié ou distribué sans autorisation. Pour plus d'informations s'il vous plaît se référer à notre Conditions d’utilisation.
Cette page a été écrite par Jennifer Llewellyn, Jim Southey et Steve Thompson. Pour référencer cette page, utilisez la citation suivante:
J. Llewellyn et al, « The Weimar Constitution », Alpha History, 2014, consulté le [date d'aujourd'hui], http://alphahistory.com/weimarrepublic/weimar-constitution/.