La circulaire du 16 mai du PCC (1966)

Une version abrégée de la circulaire de mai 16th, publiée par le Comité central du Parti communiste chinois (PCC) en 1966. Ce document est largement considéré comme ayant a lancé la révolution culturelle:

«Le Comité central a décidé de révoquer le« Rapport d'ensemble sur la discussion académique actuelle faite par le Groupe des cinq responsables de la révolution culturelle »[février 1966] et de dissoudre le« Groupe des cinq responsables de la révolution culturelle »… Le plan de rapport du soi-disant «Groupe des cinq» est fondamentalement faux. Cela va à l'encontre de la ligne de la révolution culturelle socialiste énoncée par le Comité central et le camarade Mao Zedong…

Tout en feignant la conformité, le plan s'oppose en fait et résiste obstinément à la grande Révolution culturelle initiée et dirigée personnellement par le camarade Mao Zedong, ainsi qu'aux instructions [de Mao], concernant la critique de Wu Han, qu'il a donnée à la conférence de travail du Comité central tenue en septembre et octobre 1965…

Le rapport d'ensemble du soi-disant «Groupe des cinq» est en fait un rapport d'ensemble de Peng Zhen seul. Il l'a concocté selon ses propres idées, derrière le dos du camarade Kang Sheng, membre du «Groupe des Cinq», et d'autres camarades… Peng Zhen n'a eu aucune discussion ni aucun échange de vues au sein du Groupe des Cinq. Il n'a demandé son avis à aucun comité local du parti… et encore moins a-t-il obtenu l'approbation du camarade Mao Zedong. Utilisant les méthodes les plus inappropriées, il a agi de manière arbitraire, a abusé de ses pouvoirs [et] a remis le projet de rapport à toute la partie…

Partant d'une perspective bourgeoise du monde… le schéma renverse complètement la relation entre l'ennemi et nous-mêmes, mettant l'un dans la position de l'autre. Notre pays est maintenant dans une recrudescence de la grande révolution culturelle prolétarienne, qui martèle toutes les positions idéologiques et culturelles décadentes encore détenues par la bourgeoisie et les restes de la féodalité. Au lieu d'encourager tout le parti à éveiller hardiment les larges masses d'ouvriers, de paysans et de soldats… le schéma fait de son mieux pour tourner le mouvement vers la droite…

Les comités du parti à tous les niveaux doivent immédiatement cesser de réaliser le rapport d'ensemble ... le parti tout entier doit suivre les instructions du camarade Mao Zedong, tenir haut la grande bannière de la révolution culturelle prolétarienne, exposer complètement la position bourgeoise réactionnaire de ces soi-disant «autorités universitaires» qui s'opposent au parti et au socialisme, critiquent à fond et répudient les idées bourgeoises réactionnaires dans le domaine du travail universitaire, de l'éducation, du journalisme, de la littérature, de l'art et de l'édition, et s'emparent du leadership dans ces sphères culturelles. Pour y parvenir, il faut à la fois critiquer et répudier les représentants de la bourgeoisie qui se sont faufilés dans le parti, le gouvernement, l'armée et toutes les sphères de la culture, pour les effacer ou en transférer certains dans d'autres. positions.

Les représentants de la bourgeoisie qui se sont faufilés dans le parti, le gouvernement, l'armée et divers cercles culturels sont un groupe de révisionnistes contre-révolutionnaires. Une fois les conditions réunies, ils s'empareront du pouvoir politique et feront de la dictature du prolétariat une dictature de la bourgeoisie. Nous en avons déjà vu certains, d'autres non. Certains nous font encore confiance et sont formés pour devenir nos successeurs, des personnes comme Khrouchtchev, par exemple, qui sont toujours nichées à nos côtés. Les comités du parti à tous les niveaux doivent accorder toute leur attention à cette question.