Rébellion déclarée dans le Massachusetts (1775)

Le 9 février 1775, le Parlement britannique accorda Le roi George III avec un rapport sur la situation en Nouvelle-Angleterre, avant de déclarer la colonie du Massachusetts en état de rébellion :

« Nous, les sujets les plus dévoués et loyaux de Votre Majesté… réunis au Parlement, rendons à Votre Majesté nos plus humbles remerciements pour avoir eu le plaisir de nous communiquer les différents documents relatifs à l'état actuel des colonies britanniques en Amérique… Nous les avons pris dans notre examen le plus sérieux et nous constatons qu'une partie des sujets de Votre Majesté dans la province de Massachusetts Bay ont jusqu'ici résisté à l'autorité de la législature suprême, qu'une rébellion existe actuellement dans ladite province, et nous voyons , avec la plus grande inquiétude, qu'ils aient été encouragés par des combinaisons et des engagements illégaux, conclus par d'autres sujets de Votre Majesté dans plusieurs autres colonies, au préjudice et à l'oppression de beaucoup de leurs concitoyens…

Nous avons toujours été, et serons toujours, prêts à prêter attention et à prendre en considération tout grief réel de l’un des sujets de Votre Majesté, présenté devant nous d’une manière respectueuse et constitutionnelle. [Mais] nous implorons humblement Votre Majesté de prendre les mesures les plus efficaces pour imposer l'obéissance aux lois et à l'autorité de la législature suprême ; et nous assurons Votre Majesté que notre résolution est ferme, au péril de nos vies et de nos propriétés, de nous tenir aux côtés de Votre Majesté contre toutes les tentatives rebelles… »

Quatre jours plus tard, le 13 février, les deux chambres du Parlement adressèrent une pétition au roi et lui demandèrent :

« … ordonnez au gouverneur de Votre Majesté de la baie du Massachusetts de prendre les méthodes les plus efficaces pour obtenir les informations les plus complètes qui peuvent être obtenues sur toutes les trahisons ou erreurs de trahison commises au sein de ce gouvernement depuis le 30 décembre dernier… ainsi que les noms des personnes. qui ont été les plus actifs dans la commission de telles infractions… afin que Votre Majesté puisse émettre une commission spéciale pour… entendre et déterminer lesdites infractions dans ce domaine… »