Francis Marion

francis marion

Francis Marion (1732-1795) était un commandant de milice de Caroline du Sud pendant la guerre d'indépendance. La famille de Marion était composée de protestants français installés en Caroline du Sud au début du XVIIIe siècle. Dans sa jeunesse, Marion a eu une courte mais infructueuse carrière de marin, avant de devenir planteur et de servir dans la milice coloniale pendant la guerre française et indienne. Marion a connu suffisamment de succès pour gagner un siège à l'assemblée de Caroline du Sud. Lors du déclenchement de la guerre d'indépendance, il s'est porté volontaire et a occupé deux commissions, servant comme général de brigade dans la milice de Caroline du Sud et comme colonel dans les Continentaux.

Pendant les trois premières années de la guerre, la contribution de Marion se limite à la formation des troupes et au commandement des garnisons. Alors que la guerre s'étendait aux colonies du sud (1779-80), Marion devint un chef éminent de petites brigades de milice. Sous le commandement de Marion, ils menèrent des raids et des embuscades, ciblant les positions britanniques, les lignes de ravitaillement, les convois et les Loyalistes bien connus. Les compétences tactiques de Marion, sa compréhension approfondie du terrain local et son utilisation des zones humides pour échapper aux pisteurs lui ont valu le surnom de « Renard des marais ». Le personnage de Benjamin Martin (Mel Gibson) dans le film de 2000 Le Patriote a été calqué sur les exploits militaires de Marion. Contrairement à Martin, cependant, Marion était connu pour sa brutalité, dont il a commis la pire des violences contre les Afro-Américains et les Amérindiens qui se sont rangés du côté des Britanniques. Marion était lui-même propriétaire d'esclaves et les historiens ont mis au jour des preuves de sa brutalité et de ses agressions sexuelles contre ses esclaves.


Le contenu de cette page est © Alpha History 2015. Le contenu créé par Alpha History ne peut être copié, republié ou redistribué sans notre autorisation expresse. Pour plus d'informations s'il vous plaît se référer à notre Conditions d’utilisation.