Extraits de la déclaration de Sheffield (1773)

Les extraits suivants proviennent de la Déclaration de Sheffield, une série de résolutions adoptées par la ville de Sheffield, Massachusetts le 12 janvier 1773 :

Lors d'une réunion des propriétaires fonciers et d'autres habitants de la ville de Sheffield…

« Résolu : que les humains dans l’état de nature sont égaux, libres et indépendants les uns des autres, et ont droit à la jouissance paisible de leur vie, de leur liberté et de leurs biens.

Résolu: que la grande fin de la société politique est de garantir de manière plus efficace les droits et privilèges dont Dieu et la nature nous ont rendus libres…

Résolu: que l'apposition d'une allocation au bureau du gouverneur de cette province, à payer par de l'argent prélevé sur le peuple sans son consentement, crée en lui un intérêt distinct et indépendant de l'intérêt du peuple en général ...

Résolu: que, si les salaires sont fixés aux bureaux des juges de la Cour supérieure, les rendant indépendants du peuple et dépendant de la Couronne pour leur soutien; (et nous avons trop de raisons de penser que c'est le cas), il s'agit d'un précédent qui peut par la suite [entraîner] des conséquences fatales pour les braves gens de cette province.

Résolu: que les Américains en général, et les sujets de Sa Majesté les habitants de cette province en particulier, ont, en vertu de leur charte, droit à toutes les libertés, privilèges et immunités des sujets britanniques nés naturels.

Résolu: c'est un privilège bien connu et incontestable de la constitution britannique selon lequel tout sujet n'a pas seulement le droit à la jouissance, à l'utilisation et à l'amélioration libres et incontrôlées de ce domaine ou de cette propriété, aussi longtemps qu'il continuera en la possession, mais qu'il n'en sera en aucune manière privé, en tout ou en partie, jusqu'à ce que son consentement soit donné ...

Résolu: que les dernières lois du parlement de Grande-Bretagne, dans le but exprès de lever et de réglementer la perception d'un revenu dans les colonies, sont inconstitutionnelles, comme les justes gains de notre travail et de l'industrie, sans aucun égard à notre consentement, sont par un simple pouvoir ravi de nous ...

Résolu: que l'introduction d'officiers civils, inconnus dans la charte de cette province, dotés de pouvoirs rendant les biens, la sécurité intérieure et la jouissance des habitants, tout à fait incertains, constitue un très grand grief.

Résolu: que tout sujet de Grande-Bretagne a le droit d'être jugé par la puissance du voisinage lorsqu'il est accusé de tout crime; que tout acte du parlement de Grande-Bretagne, pour avoir détruit ce privilège et arraché des sujets à leurs relations, amis, affaires et la possibilité de prouver leur innocence… est un grief intolérable…

Résolu: que toute détermination ou décision du roi en conseil en ce qui concerne les limites des provinces d'Amérique, par lesquelles la propriété privée est ou peut être affectée, est un grand grief déjà très sévèrement ressenti par un grand nombre, qui après avoir acheté des terres de l'unique des personnes, qu’elles pouvaient supposer avoir le droit de transmettre, ont été subitement, par de telles décisions, privées de toute leur propriété, et d’un état d’abondance réduit à un état de mendicité… »