Déclaration d'indépendance du Mecklembourg (1775)

Entre le Bataille de Lexington en avril 1775 et le Déclaration de l'Indépendance en juillet 1776, des dizaines d’assemblées de comté et de municipalités rédigèrent leurs propres « déclarations d’indépendance ». Thomas Jefferson connaissait ces documents et utilisa leurs idées et expressions lors de la rédaction de sa déclaration de juillet 1776. Cette motion d'indépendance fut adoptée par les représentants du pays de Mecklembourg, en Caroline du Nord, en mai 1775.

"1. Résolu : quiconque a directement ou indirectement encouragé, ou de quelque manière que ce soit, a approuvé l'invasion inexplorée et dangereuse de nos droits, comme le revendique la Grande-Bretagne, est un ennemi de ce comté, de l'Amérique et de l'inhérent et inaliénable droits de l'homme.

2. Résolu : que nous, citoyens du comté de Mecklenburg, dissolvons par la présente les bandes politiques qui nous ont liés à la mère patrie, et par la présente nous absous de toute allégeance à la Couronne britannique, et renonçons à tout lien politique, contrat ou association avec cette nation, qui a foulé aux pieds nos droits et libertés sans raison et a versé de manière inhumaine le sang innocent des patriotes américains à Lexington.

3. Résolu : que nous nous déclarons par la présente un peuple libre et indépendant [qui] est, et devrait de droit être, une association souveraine et autonome, sous le contrôle d'aucun pouvoir autre que celui de notre Dieu et du général. gouvernement du Congrès; au maintien de cette indépendance, nous nous engageons solennellement les uns envers les autres, notre coopération mutuelle, nos vies, nos fortunes et notre honneur le plus sacré.

4. Résolu : que comme nous reconnaissons désormais l'existence et le contrôle d'aucun avocat ou officier juridique, civil ou militaire, dans ce comté, nous ordonnons et adoptons par la présente, comme règle de vie, toutes, chacune de nos anciennes lois. – où la Couronne de Grande-Bretagne ne peut jamais être considérée comme détenant des droits, privilèges, immunités ou autorité.

5. Résolu : qu'il est également décrété que tous, chaque officier militaire de ce comté est par la présente réintégré à son ancien commandement et autorité, agissant conformément à ces règlements, et que chaque membre présent de cette délégation sera désormais un officier civil, un juge de paix, pour émettre des procédures, entendre et trancher toutes les questions controversées, conformément aux dites lois adoptées, et pour préserver la paix, l'union et l'harmonie, dans ledit comté, et utiliser tous les efforts pour propager l'amour de la patrie et le feu de la liberté dans toute l'Amérique, jusqu'à ce qu'un gouvernement plus général et organisé soit établi dans cette province.