La déclaration d'indépendance (1776)

Une transcription abrégée du Déclaration de l'Indépendance, rédigé et adopté par le deuxième congrès continental en juillet 1776:

«Quand, au cours des événements humains, il devient nécessaire pour un peuple de dissoudre les groupes politiques qui les ont liés à un autre, et d'assumer parmi les puissances de la terre, le rang séparé et égal auquel les lois de la nature et de la Le Dieu de la nature les autorise, un respect décent aux opinions de l'humanité exige qu'ils déclarent les causes qui les poussent à la séparation.

Nous tenons ces vérités pour évidentes : que tous les hommes sont créés égaux, qu'ils sont dotés par leur Créateur de certains droits inaliénables, que parmi ceux-ci figurent la vie, la liberté et la recherche du bonheur… que pour garantir ces droits, des gouvernements sont institués. entre les hommes, tirant leurs justes pouvoirs du consentement des gouvernés… que chaque fois qu'une forme de gouvernement devient destructrice de ces objectifs, le peuple a le droit de le modifier ou de l'abolir, et d'instituer un nouveau gouvernement, posant ses fondements sur de tels principes et organiser ses pouvoirs sous telle forme, qu'ils sembleront les plus susceptibles d'effectuer leur sécurité et leur bonheur.

La prudence, en effet, dictera que les gouvernements établis de longue date ne soient pas modifiés pour des causes légères et passagères; et en conséquence toute expérience a montré que les hommes sont plus disposés à souffrir, alors que les maux sont souffrants, que de se redresser eux-mêmes en abolissant les formes auxquelles ils sont habitués. Mais quand une longue série d'abus et d'usurpations, poursuivant invariablement le même objet, montre le dessein de les réduire sous le despotisme absolu, ils ont le droit, ils ont le devoir de se débarrasser de ce gouvernement et de fournir de nouveaux Gardes pour leur sécurité future .

Telle a été la patiente souffrance de ces colonies. et telle est maintenant la nécessité qui les contraint à modifier leurs anciens systèmes de gouvernement. L'histoire de l'actuel roi de Grande-Bretagne est une histoire de blessures et d'usurpations répétées, toutes ayant pour objet direct l'instauration d'une tyrannie absolue sur ces États. Pour le prouver, soumettons les faits à un monde candide.

Il a refusé son assentiment aux lois les plus saines et les plus nécessaires au bien public.

Il a interdit à ses gouverneurs d'adopter des lois d'une importance immédiate et urgente…

Il a refusé d’adopter d’autres lois pour le logement de vastes quartiers, à moins que ces personnes renoncent au droit de représentation à la législature, droit qui leur est inestimable et redoutable aux seuls tyrans.

Il a convoqué des organes législatifs dans des lieux inhabituels, inconfortables et distants du dépositaire de leurs archives publiques, dans le seul but de les fatiguer de se conformer à ses mesures.

Il a dissous à plusieurs reprises des maisons représentatives, pour s'opposer avec une fermeté virile à ses invasions sur les droits du peuple…

Il a fait obstruction à l'administration de la justice en refusant son assentiment aux lois établissant des pouvoirs judiciaires.

Il a rendu les juges dépendants de sa seule volonté, pour la durée de leurs fonctions, le montant et le paiement de leurs salaires…

Il a maintenu parmi nous, en temps de paix, des armées sans le consentement de nos assemblées législatives.

Il a affecté de rendre les militaires indépendants et supérieurs au pouvoir civil ...

Pour cantonner de grands groupes de troupes armées parmi nous.

Pour les protéger, par un simulacre de procès, des peines encourues pour les meurtres qu’ils commettraient à l’encontre des habitants de ces États.

Pour couper notre commerce avec toutes les régions du monde.

Pour nous imposer des taxes sans notre consentement…

Pour avoir enlevé nos chartes, aboli nos lois les plus précieuses, et modifié fondamentalement les formes de nos gouvernements…

Il a pillé nos mers, ravagé nos côtes, incendié nos villes et détruit la vie de notre peuple.

Il transporte en ce moment de grandes armées de mercenaires étrangers pour achever les œuvres de mort, de désolation et de tyrannie, déjà commencées…

À chaque étape de ces oppressions, nous avons demandé réparation dans les termes les plus humbles: nos pétitions répétées n'ont été répondues que par des blessures répétées. Un prince dont le caractère est ainsi marqué par tout acte qui peut définir un tyran, est inapte à être le dirigeant d'un peuple libre ...

Par conséquent, les représentants des États-Unis d’Amérique réunis au Congrès général se sont réunis pour faire appel au Juge suprême du monde pour la rectitude de nos intentions, au nom et par l’autorité des bonnes personnes de ces colonies. , publie solennellement et déclare:

Que ces colonies unies sont, et de droit devraient être des États libres et indépendants; qu'ils sont absents de toute allégeance à la couronne britannique, et que tout lien politique entre eux et l'État de Grande-Bretagne est et doit être totalement dissous; et qu'en tant qu'États libres et indépendants, ils ont le plein pouvoir de déclencher la guerre, de conclure la paix, de contracter des alliances, d'établir le commerce et d'accomplir tous les autres actes et choses que les États indépendants peuvent de droit faire. Et pour le soutien de cette Déclaration, en s'appuyant fermement sur la protection de la Providence divine, nous nous engageons mutuellement nos vies, nos fortunes et notre honneur sacré.