Un pacte de non-importation de Charlestown (1769)

En juillet 1769, un comité de Charlestown, en Caroline du Sud, adopta les résolutions suivantes, s'engageant à maintenir la non-importation de produits britanniques en réponse à la Devoirs de Townshend:

«Nous, les sujets dévoués et aimants de Sa Majesté, les habitants de la Caroline du Sud, sommes sensiblement affectés par le grand préjudice causé à la Grande-Bretagne et la condition abjecte et misérable dans laquelle les colonies britanniques sont réduites par plusieurs lois du Parlement ...

Une partie de l'argent que les colons dépensent habituellement et joyeusement dans l'achat de toutes sortes de marchandises importées de Grande-Bretagne sont maintenant, à leur grand grief, arrachées d'eux sans leur consentement, ou leur être représenté et appliqué par le ministère, en préjugé de l’intérêt réel de la Grande-Bretagne et sans égard à l’intérêt réel de la Grande-Bretagne…

Nous, dont les noms sont souscrits, promettons solennellement, et nous convenons les uns avec les autres, que nous respecterons strictement les dispositions suivantes jusqu'à ce que les colonies retrouvent leur liberté antérieure par l'abrogation de ces lois.

1. Que nous encouragerons et favoriserons l'utilisation des produits manufacturés nord-américains en général, et ceux de cette province en particulier. Et tous ceux d'entre nous qui en sommes les vendeurs s'engagent à les vendre et à en disposer aux mêmes tarifs qu'auparavant…

2. Que nous n'importerons, sous aucun prétexte, dans cette province, aucun des produits manufacturés de Grande-Bretagne, ou tout autre produit européen ou des Indes orientales, soit de Grande-Bretagne, de Hollande, ou de tout autre endroit, autre que ceux qui auraient pu être expédié suite à des commandes antérieures…

3. Que nous allons utiliser la plus grande économie dans nos personnes, chevaux et meubles; en particulier, nous ne donnerons aucun deuil, ni gants, ni foulards lors des funérailles.

4. Qu'à partir du 1er janvier 1770 et après, nous n'importerons, n'achèterons ni ne vendrons aucun Noir qui sera introduit dans cette province depuis l'Afrique…

5. Que nous n'achèterons ni ne vendrons à aucun capitaine de navire, personne de passage ou non-abonné, aucun type de marchandises européennes ou de l'Inde orientale, à l'exception du charbon et du sel, après le 1 du 1er novembre prochain.

6. Étant donné que les vins sont soumis à une lourde charge, nous convenons de ne pas importer pour notre compte ou notre commission, ni d’acquérir auprès de capitaine de navire, de passager ou de non-abonné, après le 1e 1er janvier.

7. Enfin, que nous n'achèterons aucun Noir importé, ni aucun bien ou marchandise quel qu'il soit, de tout résident de cette province qui refuse ou néglige de signer cet accord dans un délai d'un mois à compter de la date des présentes… Et chaque abonné qui ne doit ni strictement et adhérer littéralement à cet accord, selon la véritable intention et le sens des présentes, doit être traité avec le plus grand mépris.