Historien: Arthur Schlesinger Jnr

Arthur SchlesingerNom, Prénom: Arthur Schlesinger Jnr

Vivait: 1917-2007

Nationalité: Américain

Les professions): Historien, écrivain, conseiller politique

Livres: Qu'en est-il du communisme? (1950), Chemins de la pensée américaine (1963), Mille jours: John F. Kennedy à la Maison Blanche (1965), Héritage amer: Vietnam et démocratie américaine (1967), Les origines de la guerre froide (1967), La guerre froide est-elle terminée? (1990).

Perspective: Orthodoxe

Arthur Schlesinger Jnr était un historien américain, écrivain et conseiller du président américain John F. Kennedy. Né dans l'Ohio, il était le fils aîné de Arthur Schlesinger Snr, historien éminent de l’Amérique coloniale et révolutionnaire.

Le jeune Schlesinger a étudié à Harvard, où il a obtenu son diplôme avec mention au 1938. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il travailla dans le renseignement avec le Bureau des services stratégiques (OSS), prédécesseur de la CIA.

Après la guerre, Schlesinger devint professeur à Harvard. Il s’intéressa également à la vie politique en tant que rédacteur de discours pour les candidats démocrates à la présidence, Adlai Stevenson, et John F. Kennedy. Schlesinger est devenu ami avec Kennedy, qui l'a nommé conseiller spécial du président après son investiture en 1961. Après l'assassinat de Kennedy, Schlesinger a peut-être rédigé le récit le plus connu de sa présidence, intitulé Mille jours.

Le premier livre de Schlesinger sur la guerre froide, publié en 1970, le plaçait résolument dans le camp orthodoxe. Schlesinger était un anticommuniste farouche qui croyait que les origines de la guerre froide pouvaient être recherchées dans les doctrines du marxiste-léninisme. L’Union soviétique, affirmait-il, était fondée sur une idéologie qui prêchait la révolution et l’expansion mondiale. La politique américaine était « la réponse courageuse et essentielle des hommes libres à l’agression communiste ».

Schlesinger critique les «universalistes» qui recherchaient un consensus international incluant les Soviétiques alors que le seul intérêt de Moscou était d'élargir et d'établir des sphères d'influence. Schlesinger a fortement critiqué les historiens révisionnistes, en particulier son ennemi juré, William Appleman Williams. Il les condamne pour avoir assimilé les États-Unis à l'Union soviétique qui «n'était pas un État-nation traditionnel» mais «un État totalitaire… avec une idéologie explicative et consommatrice».

Schlesinger accuse également les révisionnistes de sous-estimer Joseph Staline et traiter le dirigeant soviétique « comme un simple homme d'État de la Realpolitik » alors que, selon Schlesinger, il était dictatorial, paranoïaque et assez fou.

Citations

«Le point de vue américain orthodoxe, tel qu'exposé à l'origine par le gouvernement américain et réaffirmé jusqu'à récemment par la plupart des universitaires américains, a été que la guerre froide était la réponse courageuse et essentielle des hommes libres à l'agression communiste.

«Le marxisme-léninisme a donné aux dirigeants russes une vision du monde selon laquelle toutes les sociétés étaient inexorablement destinées à suivre des routes déterminées par étapes désignées jusqu'à ce qu'elles atteignent le nirvana sans classe. De plus, étant donné la résistance des capitalistes à ce développement, l'existence de tout État non communiste était par définition une menace pour l'Union soviétique… Une analyse des origines de la guerre froide qui laisse de côté ces facteurs - l'intransigeance de l'idéologie léniniste , la sinistre dynamique d'une société totalitaire et la folie de Staline - est évidemment incomplète.

«La plupart de l'histoire de la guerre froide, en particulier aux États-Unis, [est] restée d'humeur héroïque. Cette humeur comporte deux phases: les orthodoxes dans les années 1940 et 1950, avec les Russes comme méchants; et le révisionniste dans les années 1960, avec les Américains comme les méchants.

«Personne ne devrait être surpris par [le révisionnisme de la guerre froide]. Chaque guerre de l'histoire américaine a été suivie en temps voulu de réévaluations sceptiques de suppositions soi-disant sacrées.

«Le rétablissement de la paix après la Seconde Guerre mondiale n’était pas tant une tapisserie qu’un désordre de fils désespérément dénoués et dénoués.»

«Plus on envisage la guerre froide, plus l'attribution du blâme semble hors de propos. La Seconde Guerre mondiale a laissé l'ordre international en dérangement aigu. Avec les États de l'Axe vaincus, les alliés d'Europe occidentale épuisés, les empires coloniaux en tumulte et en dissolution, de grands trous béants sont apparus dans la structure de la puissance mondiale. Seuls deux pays… avaient la force militaire, la conviction idéologique et la volonté politique de combler ces vides.

«L’histoire de la Russie a été l’histoire de l’invasion, dont la dernière tuait désormais horriblement jusqu’à 20 millions d’habitants. Le protocole de la Russie signifiait donc l'élargissement de la zone d'influence russe. [Kennan] a qualifié cette «envie» de «caractéristique permanente de la psychologie russe». »

«Certains [historiens] sont revenus bien avant la Seconde Guerre mondiale pour ouvrir les sources de l'expansionnisme russe. Les géopolitiques ont fait remonter la guerre froide aux ambitions stratégiques impériales russes qui, au 19e siècle, ont conduit à la guerre de Crimée, à la pénétration russe des Balkans et du Moyen-Orient et à la pression russe sur la «bouée de sauvetage» de la Grande-Bretagne en Inde. Les idéologues l'ont retracé dans le Manifeste communiste de 1848. »

«Une analyse des origines de la guerre froide qui laisse de côté ces facteurs - l'intransigeance de l'idéologie léniniste, la sinistre dynamique d'une société totalitaire et la folie de Staline - est évidemment incomplète. Ce sont ces facteurs qui ont rendu difficile pour l'Occident d'accepter la thèse selon laquelle la Russie n'était émue que par le désir de protéger sa sécurité et serait satisfaite par le contrôle de l'Europe de l'Est.

«La raison pour laquelle la guerre froide n'a jamais explosé en 'guerre chaude' était sûrement, et par ironie providentielle, l'invention des armes nucléaires. On est enclin à soutenir la suggestion selon laquelle le prix Nobel de la paix aurait dû aller à la bombe atomique.

«Les Russes et les Américains en sont venus à voir la guerre froide comme un duel entre deux superpuissances… Mais la réduction de la guerre froide à un jeu bilatéral joué par l'Union soviétique et les États-Unis est une erreur. Les nations européennes n'étaient pas spectatrices du match de quelqu'un d'autre. C'étaient aussi des joueurs.


À l'exception des citations, le contenu de cette page est © Alpha History 2018. Ce contenu ne peut pas être republié ou distribué sans autorisation. Pour plus d'informations, veuillez consulter notre Conditions d’utilisation. Cette page a été rédigée par Jennifer Llewellyn et Steve Thompson. Pour référencer cette page, utilisez la citation suivante :
J. Llewellyn et S. Thompson, « Historian : Arthur Schlesinger Jnr », Alpha History, consulté le [date d'aujourd'hui], https://alphahistory.com/coldwar/historian-arthur-schlesinger-jnr/.