Le Fairfax Resolves (1774)

Les Fairfax Resolves ont été adoptées le 18 juillet 1774 par les hommes libres du comté de Fairfax, en Virginie. Fairfax était le comté d'origine de George Washington, qui a participé à la rédaction et à l'adoption de ces résolutions.

"1. Résolu: que cette colonie et ce dominion de Virginie ne peuvent être considérés comme un pays conquis - et si c'était le cas, que les habitants actuels ne sont pas les descendants des vaincus mais des conquérants.

Que la même chose n'a pas été réglée aux dépens nationaux de l'Angleterre, mais aux dépens privés des aventuriers, nos ancêtres, par contrat solennel avec et sous les auspices et la protection de la couronne britannique, dont nous sommes à tous égards aussi dépendants que le peuple de Grande-Bretagne…

Que nos ancêtres, lorsqu'ils ont quitté leur terre natale et se sont installés en Amérique, ont apporté avec eux (même si cela n'avait pas été confirmé par des chartes) la constitution civile et la forme de gouvernement du pays d'où ils venaient; et étaient, par les lois de la nature et des nations, en droit de tous ses privilèges, immunités et avantages… aussi pleinement jouis que si nous avions encore continué dans le royaume de l'Angleterre.

2. Résolu: que la partie la plus importante et la plus précieuse de la constitution britannique, dont dépend son existence même, est le principe fondamental selon lequel le peuple n'est régi par aucune loi à laquelle il n'ait pas donné son consentement, par des représentants librement choisis par eux-mêmes. …

3. Résolu : par conséquent, comme les habitants des colonies américaines ne sont pas [et] ne peuvent pas être représentés au parlement britannique, que le pouvoir législatif ici ne peut de droit être exercé que par (nos) propres assemblées ou parlements provinciaux, sous réserve de l’assentiment ou le refus de la Couronne britannique…

4. Résolu: qu'il est du devoir de ces colonies, en toute urgence, de contribuer, proportionnellement à leurs capacités, situation et circonstances, à la charge nécessaire de soutenir et de défendre l'Empire britannique dont elles font partie…

5. Résolu: que la prétention récemment assumée et exercée par le parlement britannique, de faire toutes les lois qu'il jugera appropriées, de gouverner le peuple de ces colonies et de nous extorquer notre argent sans notre consentement, n'est pas seulement diamétralement contraire. aux premiers principes de la constitution… mais est totalement incompatible avec les privilèges d'un peuple libre et les droits naturels de l'humanité…

6. Résolu: que la fiscalité et la représentation sont par nature indissociables; que le droit de retenir ou de donner et d'accorder leur propre argent est la seule garantie efficace pour un peuple libre ...

7. Résolu: que les pouvoirs sur le peuple d'Amérique revendiqués maintenant par la Chambre des communes britannique, à l'élection de laquelle nous n'avons aucune part, sur les déterminations de laquelle nous ne pouvons avoir aucune influence… doivent, s'ils continuent, établir les espèces de tyrannie les plus graves et les plus intolérables et l'oppression qui a jamais été infligée à l'humanité.

8. Résolu: que c'est notre plus grand souhait et inclination, ainsi que notre intérêt, de continuer notre connexion et notre dépendance envers le gouvernement britannique - mais bien que nous soyons ses sujets, nous utiliserons tous les moyens que le ciel nous a donnés pour empêcher notre devenir ses esclaves…

19. Résolu: c'est l'opinion de cette réunion, si les griefs américains ne sont pas réglés avant le premier jour de novembre 1775, que toutes les exportations de produits des diverses colonies vers la Grande-Bretagne et l'Irlande devraient cesser. Et pour mettre en œuvre plus efficacement ladite résolution, nous ne planterons ni ne cultiverons de tabac après la récolte en cours…

22. Résolu: que si la ville de Boston était forcée de se soumettre aux dernières mesures cruelles et oppressives du gouvernement, que nous ne considérions pas que la même chose nous lie…

23. Résolu: qu'il soit recommandé aux députés du Congrès général de rédiger et de transmettre une pétition et une remontrance humbles et consciencieuses à Sa Majesté, affirmant avec une fermeté décente nos droits et privilèges justes et constitutionnels… Et c'est l'opinion de cette réunion qu'après que cette pétition et cette remontrance auront été présentées à Sa Majesté, elles devraient être imprimées dans les journaux publics de toutes les principales villes de Grande-Bretagne.

24. Résolu: que George Washington et George Broadwater, récemment élus nos représentants pour siéger à l'Assemblée [de Virginian], soient nommés pour assister à la Convention à Williamsburg le premier août prochain, et présentent ces résolutions, comme le sens de la les gens de ce comté, sur les mesures appropriées à prendre dans la situation actuelle alarmante et dangereuse de l'Amérique.