Ngo Dinh Diem aux élections nationales (1955)

Le 16th Juillet 1955, leader sud-vietnamien Ngo Dinh Diem a expliqué à son peuple pourquoi il avait rejeté le Accords de Genève et élections nationales:

«Les compatriotes,

Le gouvernement national a souligné à maintes reprises le prix qu'il avait payé pour la défense de l'unité du pays et de la démocratie véritable. Nous n'avons pas signé les accords de Genève. Nous ne sommes aucunement liés par ces accords, signés contre la volonté du peuple vietnamien. Notre politique est une politique de paix, mais rien ne nous éloignera de notre objectif: l'unité de notre pays - une unité dans la liberté et non dans l'esclavage. Au service de la cause de notre nation plus que jamais, nous lutterons pour la réunification de notre patrie.

Nous ne rejetons pas le principe d'élections libres en tant que moyen pacifique et démocratique de réaliser cette unité. Bien que les élections constituent l’une des bases de la démocratie véritable, elles n’auront de sens que si elles sont absolument libres.

Face au régime d'oppression tel que pratiqué par le Viet Minh, nous restons sceptiques quant à la possibilité de remplir les conditions d'élections libres dans le Nord. Nous ne manquerons aucune occasion qui permettrait l’unification de notre patrie en liberté, mais il est hors de question que nous examinions toute proposition du Viet Minh s’il n’est pas prouvé qu’il fait passer les intérêts supérieurs de la communauté nationale au-dessus de nos intérêts. ceux du communisme, s’ils ne cessent pas de violer leurs obligations comme ils l’ont fait en empêchant nos compatriotes du Nord d’aller au Sud ou en attaquant récemment, avec le communiste Pathet Lao, l’État ami du Laos.

La mission nous incombe, les nationalistes, d'accomplir la réunification de notre pays dans les conditions les plus démocratiques et les plus efficaces pour garantir notre indépendance. Le monde libre est avec nous. Nous en sommes certains. Je suis convaincu d'être un interprète fidèle de notre état d'esprit lorsque j'affirme solennellement notre volonté de résister au communisme. A ceux qui vivent au-dessus du 1e parallèle, je leur demande d'avoir confiance. Avec l'accord et le soutien du monde libre, le gouvernement national vous apportera l'indépendance dans la liberté.